Disparition d’un musicien de coeur

TONIO

Mot doux aux personnes qui ne connaissaient pas (forcément) Tonio Marinescu et comment qu’ils l’aurait apprécié

Figure de la scène rock, Tonio Marinescu avait joué notamment avec Kalashnikov, Coyote Pass, Christian Dargelos, Dizzy Roméo, Dominic Sonic, Casse Pipe, Bruno Green, Philippe Pascal (ex-Marquis de Sade), Dead Horse Problem, Hang Left Devil, Red, Gil Riot (dont au sein du Rio Cinéma Orchestra) et avec qui il jouait de nouveau ces derniers mois. De belles retrouvailles.

Voilà pour les faits. Et désolé pour ceux qu’on aurait oublié.

Tonio était de cette famille artiste musicien sensitif, de celle qui captent de suite les énergies, les envies, que ce soit en studio ou sur scène. Il avait ces sensations et intelligence racées.

Il était aussi un peintre-portraitiste inventif, charnel (le souvenir d’un portrait de Nick Cave qui était juste exceptionnel de beauté). Avec Tonio, bien des fois nous parlions de cinéma, de littérature USA (incollable sur Bukowski ou Fante). Et si son parcours avait été très marqué par le punk-rock 70-80, sa matrice, il restait des plus ouverts quant à la musique. Il adorait Coltrane par exemple et captait merveilleusement Mingus ou Monk. Car il savait que l’énergie est la même. La même provocation qu’un Johnny Thunders ou Alan Vega. Essentielle. Urgente. Vivre vite, vivre sa vie.

Toute l’équipe de La Station Service présente ses plus grandes condoléances à la famille et aux proches de Tonio.
Et quand bien même ça ne se dit pas en syntaxe "les plus grandes condoléances".

Mais "les plus sincères" étant juste le plancher de ce qu’on pouvait ressentir et vous dire, à vous parents et frères, amis très proches de Tonio. Car on pense à vous aussi très fort.

Rest in peace Tonio.

Anne t’attend là-haut comme tu sais.
Vous allez pouvoir vous retrouver de nouveau.

Avoue-le, elle te manquait, non ? C’est pour ça que tu nous a fait ce coup-là, de te barrer en louzdé ?

Tu es tout excusé.
Mais ne recommence pas

On vous aime.

PS : On écoute Hang down your head de Tom Waits.
Et comment que c’est un playing de batterie que tu aurais pu faire, tellement proche de toi. Dommage que le Tom n’avait pas ton phone à ce moment là.
Les Ricains, ce n’est plus ce que c’étaient...Surtout depuis que tu es parti.